Antivol vélo

ABUS

L’un des obstacles majeurs à la pratique du vélo en milieu urbain est le nombre effarant de vols de bicyclettes : 400 000 par an en France, soit plus de 1000 par jour !

Pourtant, il existe des moyens très efficaces de se protéger contre ces vols : les antivols de vélo.
En effet, au moment du vol, 9 vélos sur 10 étaient mal attachés, et 1 sur 4 n’était pas attaché du tout !

Mieux vaut y mettre le prix, car il peut être très vite amorti, à chaque fois qu’il dissuadera une personne mal intentionnée de voler votre bicyclette. Encore faut-il choisir le, voire les bons antivols. Il en existe de nombreux avec des différences de solidité considérables et en tous cas pas dédiés aux mêmes usages :

Pour les chaînes de vélo : oubliez immédiatement la petite chaîne et le cadenas achetés en magasin de bricolage, elle n’a qu’une vertu décorative sur votre vélo. Les maillons d’une chaîne digne de ce nom ont une épaisseur d’au moins 8 mm, autant qu’un U. Mais alors, comme chaque maillon a un aller et un retour, il y a trois fois plus d’acier, pour la même efficacité qu’un U… Une chaîne est donc 3 fois plus lourde qu’un U de solidité égale !

Une fois muni de son antivol, le cycliste ne doit pas oublier de respecter trois règles incontournables :

  • attacher son vélo quelle que soit la durée : besoin de vous arrêter pour acheter une baguette de pain ? Même si cette opération ne prend que quelques secondes, attachez votre vélo ! Il ne faudra pas plus de temps à un voleur pour filer avec votre bicyclette, même si vous gardez les yeux fixés dessus !
  • toujours fixer le cadre du vélo à un point d’attache fixe : si vous n’avez attaché que l’une des roues à un point fixe, il risque de ne vous rester que cette roue. Et si le vélo attaché à un point mobile, même avec les roues entravées, vous risquez de ne rien retrouver du tout !
  • bannir absolument les « blocages rapide » : avec un blocage rapide, la roue ou la selle peut être détachée en un tour de main.

Attention, le transport de l’antivol ne doit pas se faire à la légère. Gardez à l’esprit que son poids peut vous déséquilibrer si vous le suspendez à la poignée du vélo, et qu’en cas de chute, porté dans un sac à dos, cela peut être très dangereux (rupture de la colonne vertébrale). Le plus simple est donc d’utiliser une fixation, souvent fournie avec l’antivol, pour le tenir au cadre du vélo lorsque l’on roule, ou de l’accrocher avec un tendeur sur votre porte-bagages.

Combiné à un système d’antivol pour vélo, le marquage du vélo est un système mis en place par la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUBicy) : il suffit de faire graver un code sur son vélo, et de le transmettre au serveur Bicycode ; si le vélo volé est retrouvé, les services de la police ou de la gendarmerie pourront ainsi vous contacter pour vous le restituer. Toutefois, cela n’évitera pas le vol.